AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

 Dirk Alsbach, mourrons pour des idées de mort lente...

avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 30/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur
Alsbach
Dirk Alsbach





MessageSujet: Dirk Alsbach, mourrons pour des idées de mort lente...   
Lun 30 Sep - 18:05
DIRK KARL EDMUND ALSBACH
SURNOM » Monsieur Alsbach (il y tient au travail), Mauviette ou Binoclard (ses cousins), Mon Sauveur (celui qu'il espère entendre un jour de la part d'Eliza, le tout avec une inclination servile).
ORIENTATION SEXUELLE » Hétérosexuel, marié.
ÂGE & DATE DE NAISSANCE » 29 ans, 12 décembre 1984.
ORIGINE » Allemande, "pur souche" selon l'idéal familial.
GROUPE » Habitant, Alsbach.
ELIZA
COMMENT ÊTES VOUS ARRIVÉ ICI » Double compte de la fondatrice. Je veux être vilaine !
UNE REMARQUE » Je vais te faire bouger tout ça moi.
PRÉSENCE » Dirk sera moins présent qu'Eliza, mais j'espère que ça va lancer les Alsbach !
CODES » Auto-validation Smile
CAS PARTICULIERS

ALSBACH
FORTUNE PERSONNELLE » D'un point de vue extérieur, Dirk vit plus que confortablement. Cependant, si l'on considère la fortune perdue, il atteint quasiment le seuil de pauvreté. En tout cas, c'est ce que l'on peut retenir des plaintes s'élevant depuis près de cinq ans de la résidence qui sert maintenant de domaine à la famille Alsbach. Piètre consolation face au manoir perdu, surtout pour Magda, son baromètre personnel.
PROFESSION » Rechtspfleger (Greffier).
LIENS FAMILIAUX » Il y a Magda, sa femme. Dirk a grandi avec ses cousins Ulrich et Rainer. Il est fils unique, mais ses parents sont toujours en vie.

VIE SOCIALE
Depuis tout petit, on m'a élevé en disant que je n'avais pas assez de caractère. Il me semble bien avoir entendu un jour que j'étais faible. Je n'étais donc absolument pas destiné à avoir la charge de notre nom, le rêve ! Suivre est bien plus confortable. J'ai toujours trouvé Rainer trop bruyant et effronté, il ternit encore aujourd'hui notre réputation. Ulrich est un héritier grandiose et le servir est un honneur. Je sais que mon amour aurait voulu plus et je fais beaucoup d'effort pour elle... Si seulement cette garce d'Eliza m'avait vu la sauver !

Je me fiche de qui loge au manoir, mais si ça ne plait pas aux autres, ça ne me plait pas. Je ferai ce qu'on attendra de moi. Les liens doivent être utiles, je l'ai compris très tôt.
DESCRIPTION PHYSIQUE

Je me suis toujours trouvé beau et c'est vrai. Il suffit de voir mon enfance et ma femme ! J'ai vécu dans le luxe et parfaitement entouré, je n'ai jamais manqué de rien et on répondait à la moindre des demandes, comme un prince. Les princes allemands sont beaux, donc je le suis. Magda est brillante et superbe, elle ne peut donc qu'être avec homme de son standing, c'est l'évidence même.

Il vaut mieux détailler la chose pour comprendre l'ensemble plus qu'harmonieux de ma personne. Attention, je suis beau, mais pas envoutant. Je n'ai malheureusement pas hérité de la blondeur de mes cousins qui m'auraient donnée l'aplomb nécessaire pour viser plus haut. J'ai été également privé de l'azur qui manque cruellement à notre ciel, mais nourrit les yeux des dirigeants de notre famille.

Je suis donc un homme élancé de vingt-neuf ans, l'âge idéal. A cela s'ajoute des cheveux bruns et des yeux noirs, dont le défaut est corrigé par une paire de fines lunettes en acier. Ce détail n'est pas sans déplaire aux dames, qui me trouvent charmant, bien qu'elles soient médiocres pour leur part, elles ont au moins du goût. J'ai aussi une peau pâle à laquelle j'apporte une attention particulière et qui souligne mon regard, qu'il soit méprisant, admiratif ou résolu.

DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE

Si je devais présenter objectivement ma personnalité, ce serait réglé en une ligne. Je suis dévoué, simple et remplit d'honneur. Mes détracteurs et mes proches n'ont pas du tout la même vision, alors, au cas où vous les rencontreriez, je vais anticiper leurs réponses parfois fielleuses !

On me dit lâche, méprisant et oisif. Quels vilains adjectifs déversés !

Je ne suis pas lâche, mais je surveille mes arrières. A quoi sert de foncer inutilement vers le danger ? La vie m'apporte assez de satisfaction ainsi, on n'attend rien de spectaculaire de ma part. C'est parfois blessant d'entendre cela de la part de Magda, je fais des efforts pour elle. que voulait-elle que je fasse lorsque Eliza nous a chassé ? La seule fois où j'ai agi, ça n'a rien donné. Méprisant, vous n'avez pas bien analysé mon regard et c'est vexant. J'exècre ceux qui ne sont pas à ma mesure, être comparé à la plèbe m'est profondément désagréable. En revanche, rien ne m'adoucit plus que mon aimée.

Oisif, rien n'est plus faux. Un homme oisif est quelqu'un qui n'exerce aucune activité permanente et dispose de nombreux loisirs, qui vit sans travailler, ou est désœuvré. Cette définition est clairement à l'opposé de moi. Je travaille autant que nécessaire, de toute façon je ne vois pas pourquoi je fournirai davantage d'efforts puisqu'on ne me l'a pas demandé. Certes, j'ai des loisirs mais beaucoup moins que lorsque nous étions au manoir. Je me donne sans compter quand Magda ou Ulrich me le demandent. J'aurai tout fait pour Eliza si elle avait été digne de sa position. Je serai à jamais un membre exemplaire de cette famille.

A tous ces dons, on peut aussi rajouter mon sens de l'analyse, mon expression impeccable et ma grande clairvoyance. Je suis donc irréprochable, sans quoi ma chère et tendre ne se serait pas unie à moi.
HISTOIRE

Je n'avais jamais eu conscience du pouvoir que me donnaient son nom et l'argent de ma famille, j'étais à l'abri dans ce monde douillet où tout allait de soi. Peu m'importait de ne pas être l'héritier idéal, aussi brillant que mes jeunes cousins ou aussi dur que l'exigeait mon nom, je ne conduisais pas. L'argent était là, notre demeure avait tout d'un château et j'étais servi. C'était parfait !

Tout ça c'était avant ma rencontre avec Magda. Considéré comme un enfant gâté, je m'étais toujours accommodé du luxe comme s'il s'agissait d'une chose acquise. Je n'avais pas eu à subir les obligations qui incombent aux héritiers de l'empire Alsbach.  Le moment devenir rentier approchait enfin, sans que j'ai à chercher à faire quelque chose de moi-même.

J'avais choisi les études de droit car il me fallait quand même être un appui pour la famille. J'étais dans cette merveilleuse atmosphère lorsque je l'avais rencontrée. Magda m'avais fait grande impression et je l'avais suivie dans tous ses projets même si parfois j'aurais aimé continuer ma vie simple, banale et tranquille, j'avoue que je ne comprends pas comment les autres peuvent se contenter de moins... Je souviens de notre rencontre comme si c'était hier. J'étais dans ma salle, entouré de mes nombreux amis et il y avait cette fille différente. Elle ne m'admirait pas, ne m'écoutais pas, ne me saluait et ne riait à aucune de mes fameuses remarques durant le cours. Je me suis approché, fort contrarié de son manque de goût et je lui ai demandé son nom. Elle s'est tournée et cela m'a transpercé. "Magda", la haute tour m'a frappé de plein fouet. Tout est allé très vite en suite, on s'est fréquentés, je l'ai présenté à l'honorable Klaus, elle lui a plu. Nous fûmes bien vite mariés, elle était sublime. Nous aurons des enfants quand elle décidera qu'il est temps.

Lorsque le vénérable Klaus nous a présenté Eliza, j'ai ressenti un profond ennui car j'ai immédiatement senti l'humeur de ma chère et tendre. Ce qui augurait pas mal d'ennuis pour moi, et des migraines qui ont aussi affecté ma vue, tout est donc de la faute de Elizabeth. L'adorable Magda ne décolérait pas, échafaudait toutes sortes de plans, encore plus ambitieux que ceux pour usurper la place d'Ulrich, sa haine semblait plus profonde. Elle me paraissait bien plus remplie d'animosité que ce dernier d'ailleurs. Je dus sans cesse la tempérer en humiliant moi-même l'impondérable. Je finis par lui suggérer que nous attacher à cette bâtarde était la meilleure solution.

Je me suis alors proposé pour aider à faire disparaître Emerick de la vie d'Eliza. Cette fille n'avait aucun honneur, s'accoquiner à un professeur plus âgé et cracher sur la voie royale qui lui était tracée. J'espérais ainsi nous assurer un traitement de faveur sur le testament de Klaus. N'ayant pas de compétences particulières, j'ai été chargé, après bien des supplications, de vérifier que les hommes de main accomplissaient bien la tâche qui leur avait été demandée. C'est moi qui ai extirpé Eliza de la voiture où elle n'aurait pas dû se trouver. Cette fille n'apportait que des problèmes, je garde une cicatrice de brûlure dans la paume de la mais depuis cette nuit.

Ne vous méprenez pas ! Je n'ai fait ça ni par humanité, ni par affection ou bravoure. J'espérais, puisqu'elle avait ouvert un bref instant les yeux, qu'elle montrerait sa reconnaissance au moment de la succession. Il n'en a rien été et je me suis abaissé inutilement. La suite m'a prouvé qu'elle ne savait pas ce que j'avais fait et je me suis résigné à voir s'éloigner le portail du domaine pour retourner dans la maison secondaire. J'essayais tant bien que mal de réconforter la seule personne à mes yeux. Elle restait belle malgré son visage crispé entre rage et larmes.

Je ne vis depuis ce jour que selon les désirs et les exigences de Magda, je me plierai à ses désirs et continuerai de servir ma famille quoi qu'il arrive. Si nous retrouvons le trésor, grâce à la carte que mon habile main a trouvé dans le grenier de la résidence secondaire, tout pourra changer. J'aimerai bien qu'on garde Eliza comme domestique, elle fait un peu partie de la famille malgré tout.
 

Dirk Alsbach, mourrons pour des idées de mort lente...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dirk Alsbach [Pris]
» Hommage à Bruce Lee pour le 40ème anniversaire de sa mort
» [TUTO] Comment faire des arbres
» La Waaagh d'Uzdreg l'Archidictateur
» Demande pour Thanatos dieu de la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Akademie Alsbach ::  :: Identität :: Fiches validées :: Alsbach-